Bonjour,

je vous reviens avec notre rendez-vous quasi mensuel de lecture de nouvelles mettant en scène SHERLOCK HOLMES. Rendez-vous pris avec Audrey et June qu'on a toujours autant de plaisir à honorer même si cette fois ci j'ai dû décommander plusieurs fois pour raisons personnelles. Mais çà y est nous y sommes enfin et, pour ma part, il aurait été dommage de ne pas vous parler de cette nouvelle que j'ai beaucoup aimé.

41d5QICQPuL

L'HOMME A LA LÈVRE TORDUE de Sir Arthur CONAN DOYLE, 40 pages.

Résumé: Sherlock Holmes est à la recherche de M. Saint Clair, un honorable citoyen qui travaille dans la City et qui a disparu. Seuls ses vêtements ont été retrouvés dans la Tamise. Or sa femme l'a entrevu, criant à la fenêtre d'un hôtel d'un quartier populaire. Quel est donc le mystère de cette disparition ?

Venu chercher une de ses connaissances dans une fumerie d'opium, WATSON a la surprise d'y trouver Sherlock HOLMES grimé qui enquête sur une disparition mystérieuse. Neville SAINT-CLAIR est un homme riche au passé trouble. Sa femme a demandé à HOLMES de le retrouver car après l'avoir vu se battre, semble-t-il, à la fenêtre d'une chambre située au dessus de la fumerie de façon fortuite, elle n'a plus de nouvelles de lui.

Verdict: j'ai beaucoup aimé le début de l'histoire où on voit WATSON seul aller chercher un opiomane à la demande de sa femme. Une façon originale d'introduire l'histoire puisque cette demande ne le préparait pas à se retrouver impliqué dans une nouvelle aventure de son ami détective. Une entrée en matière surprenante et inédite pour le moment de la part de l'auteur.

L'histoire principale est plaisante à suivre. Je n'en avais pas vu le dénouement prise par l'enchaînement des actes. J'ai tout d'abord été interpellée par cette femme qui se trouvait par une incroyable coïncidence, devant le bâtiment où avait disparu son époux avec, à l'arrivée de la police, comme seule preuve de sa bonne foi, un jouet pour enfant que son mari avait promis de ramener le soir même.

On peut comprendre son inquiétude de ne pas retrouver son mari qu'elle a vu en danger mais le seul homme présent dans la pièce à son arrivée est un mendiant sale, à la figure déformée et handicapé. Une recherche minutieuse ne permet de découvrir que quelques traces de sang et les vêtements du disparu ne pouvant augurer qu'un destin funeste.

HOLMES se renseigne sur l'occupant de la chambre et découvre qu'Hugh BOONE est un mendiant professionnel qui gagne très bien sa pitance de par son aspect pathétique. En lui rendant visite à la prison il résout l'affaire devant les yeux incrédules de WATSON et du gardien de prison.

Le dénouement est pour moi peut être un peu alambiqué et semble impossible mais je l'ai tout de même beaucoup aimé car impossible, tout du moins pour ma part, à prévoir. Je ne sais pas si ce genre de situation était possible du temps de l'auteur même si j'ai de très grands doutes mais l'originalité du "crime" m'a beaucoup plu. J'ai relu une seconde fois la nouvelle pour essayer de trouver des indices pouvant conduire à cette conclusion mais même lors de ma seconde lecture je n'ai rien pu trouver qui pourrait m'aider à deviner. Peut-être tout simplement car pour moi ce n'est pas possible dans la "vraie vie".

Je vous conseille cette nouvelle qui pour le coup ne développe aucune relation humaine. Les personnages sont dépeints sommairement, on n'entre pas dans le détail de leurs caractères. On nous relate juste des faits qui s'enchevêtrent et se marient pour arriver à ce dénouement rocambolesque.

Une autre façon d'écrire une enquête qui nous montre le talent énorme de Sir Arthur CONAN DOYLE.

Je conseille à qui aime les histoires juste relatées avec une fin qui, même à notre époque, reste surprenante.

Voici ce qu'en a pensé Audrey:

L’homme à la lèvre tordue, Sir Arthur Conan Doyle

Pour rappel, avec Florence du blog Satoru Kudo et June du blog June&Cie, nous avons décidé de réaliser une lecture commune de l'intégrale des aventures de Sherlock Holmes. Vous pourrez donc suivre l'avis, chaque mois, des membres de notre Dream Team (en toute modestie, bien sûr).

http://lightandsmell.wordpress.com

et June:

The Man with the Twisted Lip

Résumé. Format : Nouvelle. Parution : décembre 1891 dans le Strand Magazine. Alors qu'elle est sur le retour d'une course en ville et qu'elle est à la recherche d'un cab, Mrs St. Clair a la stupéfaction d'apercevoir à la fenêtre d'une chambre, située au-dessus d'une fumerie d'opium de l'Upper Swandam Lane, son époux Neville, sensé...

http://juneandcie.com

Salut et à bientôt.