Bonjour,

petite tradition mensuelle, me revoici avec ma lecture de l'intégrale SHERLOCK HOLMES faite en commun avec Audrey et June. Ce mois ci une courte nouvelle est mise à l'honneur:

41vp-CXheYL

UNE AFFAIRE D'IDENTITE de Sir Arthur CONAN DOYLE, .

Résumé: Mary Sutherland vient demander à Sherlock Holmes de retrouver son fiancé Hosmer Angel, qui a mystérieusement disparu alors qu'ils allaient se marier. (trouvé sur WIKIPEDIA).

Verdict: une histoire très courte qui ne recèle pas de grand mystère puisqu'on comprend assez vite les tenants et les aboutissants de l'histoire (l'auteur appuie un peu trop sur un point de détail pour nous mettre sur la piste de suite). HOLMES d'ailleurs résout l'affaire sans quitter son fauteuil tant l'énigme était simpliste.

Une cliente naïve qui n'a de charme que par son argent et qui m'a été antipathique dès le début juste par sa description, qui se retrouve aux pieds de l'église abandonnée par un fiancé indélicat. Une histoire qui cache un complot odieux fomenté par un esprit diabolique pour s'emparer de la fortune de la jeune femme naïve.

Sherlock se montre délicat envers la jeune femme pour lui révéler l'odieux stratagème mais je ne réussis à aucun moment à éprouver de la pitié pour elle . Pourtant il y a de quoi la plaindre car je ne sais pas trop comment elle va pouvoir se remettre de ces révélations odieuses.

On sent l'impuissance de Sherlock face à un crime qui restera impuni puisque la personne n'a rien fait d'illégal. Le criminel est un futur gibier de potence c'est clair mais pour le moment il doit le laisser partir sachant qu'il a peut-être détruit le mental d'une jeune fille trop naïve (ou celle ci est vraiment trop cruche pour comprendre le plan machiavélique fomenté par les personnes qui lui sont le plus proches pour de l'argent).

On entre ici dans un des traits de caractères de l'époque où la richesse et le statut social sont plus importants que les liens familiaux. Sir Arthur CONAN DOYLE nous dresse ici un tableau cruel de cette société où les enfants n'étaient considérés que comme des héritiers et où l'affection était souvent absente des foyers.

Une histoire que je n'ai pas aimé car je n'ai pas réussi à compatir au sort de cette jeune fille trop naïve pour la société dans laquelle elle vit. J'ai vu l'épilogue arriver avec soulagement. On ressent aussi l'ennui de Sherlock sur cette affaire puisqu'il n'a pas daigné quitter son fauteuil pour la résoudre. Impuissant, il laissera partir le criminel non sans une dernière remarque qui scellera le destin de l'homme.

Je n'ai hélas pas grand chose d'autre à en dire car à peine lu je l'ai déjà quasiment oubliée. Une nouvelle qui ne m'a pas touchée, qui ne m'a pas intéressée et qui ne restera pas dans ma mémoire.

Voici les liens de mes co-lectrices:

Audrey:

A case of identity, Arthur Conan Doyle

Pour rappel, avec Florence du blog Satoru Kudo et June du blog June&Cie, nous avons décidé de réaliser une lecture commune de l'intégrale des aventures de Sherlock Holmes. Vous pourrez donc suivre l'avis, chaque mois, des membres de notre Dream Team (en toute modestie, bien sûr).

http://lightandsmell.wordpress.com

June:

A Case of Identity.

Format : Nouvelle. Parution : septembre 1891 dans le Strand Magazine . Watson est une fois de plus en visite chez son ami, Sherlock Holmes, à discourir au coin du feu des étrangetés de la vie courante, lorsqu'une certaine Miss Mary Sutherland franchit après maintes hésitations le seuil du 221b, Baker Street.

http://juneandcie.com

Salut et à bientôt.