Bonjour,

un auteur dont j'aime beaucoup les écrits propose un nouveau livre dans une maison d'édition qui vient juste d'être créée? Je ne regarde même pas le résumé et je fonce le précommander puis j'attends le début de mes vacances pour le dévorer en deux jours (le pauvre a subit un vol plané dont il ne s'est pas sorti indemne comme le montre la photo mais maintenant il va aller se reposer contre des livres pour essayer de lui redonner un aspect plus acceptable). Il y a très peu d'auteurs dont j'achète les romans les yeux fermés en totale confiance. L'auteur m'avait prévenu que ce n'est pas son genre habituel qui est plus tourné vers l'horreur. Ici on entre dans le drame social mais je ne suis pas du genre à réfléchir avant un achat...

DSCN4697

LE SYNDROME D'ICARE d'Emmanuel DELPORTE aux éditions NAOH, 327 pages.

DSCN4700

Résumé: la descente aux enfers d'un jeune teuffeur qui, par les aléas de la vie, passe d'une vie rangée d'informaticien arrivant difficilement à joindre les deux bouts à SDF suite à des excès en tout genre.

Verdict: tout d'abord les choses négatives. Je ne suis pas fan de la couverture même si je reconnais après lecture qu'elle illustre très bien le contenu du roman. Écrit pas un autre auteur, je ne me serais pas arrêtée devant elle ce qui aurait été dommage. Hélas, maintenant je me dis qu'il n'y aurait pas pu y avoir meilleur illustration. Celle ci révèle certains aspects du roman (dont le chiffre 23) sans en dire trop.

La grosse surprise est à l'ouverture du roman. Je ne la révélerais pas ici car il faut la découvrir par soi-même. Une originalité qui fait la force du roman. Si on perd en effet de surprise parfois, on y gagne en intensité du récit se retrouvant parfois aussi perdu que le personnage. J'ai eu du mal à m'habituer au début. Il m'a fallut 4 chapitres lus pour enfin entrer dans l'histoire et à partir de ce moment là je ne l'ai quasiment plus lâché.

Petit à petit on découvre ce qui s'est passé dans la vie de Faulque, ce qui a fait de lui un SDF, un ancien toxicomane-teuffeur et ses choix et interactions qui l'ont conduit au dernier chapitre. Un récit dur, réaliste, qu'il n'est pas évident de lire du fait du propos. L'auteur ne nous cache rien et parfois je me suis retrouvée en son personnage et me dis à postériori qu'avec les mauvais choix une vie peut très rapidement basculer.

Ayant vécu le point de départ de son mal-être j'ai aussi fait quelques expériences. Pour ma part elles se sont arrêtées à des sniffs d'ether dans le cimetière du village. Mais si j'avais eu accès à d'autres substances où me serais-je arrêtée? Voilà en quoi je me suis retrouvée dans ce récit . A sa différence je n'ai pas brûlé les preuves et même si la personne est morte maintenant je m'en sers comme un boost pour me dire "et bien non, tu ne m'as pas détruite". Ces évènements semblent anodins mais quand on est trop jeunes pour les comprendre ils forgent un caractère. Faulque en a gardé le souvenir toute sa vie.

Je ne connais pas du tout le milieu des fêtes teknos ce fut donc une découverte totale. Un monde brutal où la musique est le point de ralliement et la drogue le signe d'appartenance au groupe. Je n'y connais absolument rien en musique donc cet univers particulier a été une vraie découverte. Hors la loi, drogués oui mais aussi regroupés grâce à leur passion de la musique. Tout n'est pas toujours ou tout blanc ou tout noir, il y a en chaque chose des nuances de gris.

Je reste admirative qu'un tel récit ai pu sortir de la tête d'un jeune homme d'une vingtaine d'années et heureuse qu'il ai eu l'opportunité d'être édité 15 ans plus tard et que j'ai ainsi pu le découvrir et l'apprécier.

Une histoire simple qui peut arriver à n'importe qui, émouvante et tragique. Même si le dernier chapitre semblait évident à posteriori, j'en garde encore une trace indélébile. Il me faudra je pense un long moment pour me remettre de cette lecture e elle restera à jamais dans un coin de mon cerveau.

Je recommande à qui aime les histoires dramatiques bien sûr mais aussi à qui a envie d'appréhender la lecture d'une façon différente. L'originalité de ce roman est de ne pas être comme les autres. La présentation différente et non conventionnelle renforce le propos et lui donne une intensité certaine. Laissez vous porter par la curiosité pour la découvrir (le résumé du roman donne un indice sur cette particularité).

DSCN4701

Et pour finir je tiens à dire un mot sur les éditions NAOH. Ils ont fait un travail incroyable sur ce roman qui est le premier qu'ils éditent. Tout d'abord la présentation est impeccable, les chapitres parfaitement disposés avec des paragraphes ordonnés.  Je n'ai vu aucune faute de frappe ou d'orthographe. Pour une petite maison d'édition elle a fait du meilleur boulot que pas mal de grandes. Quand on lit un roman aussi bien travaillé on a déjà un début de plaisir qui sera ensuite renforcé par l'histoire. Merci de l'attention donnée à ce roman qui le mérite. Je vous souhaite de trouver le succès qu'il mérite.

Salut et à bientôt.