Bonjour,

un petit livre court aujourd'hui destiné aux jeunes adolescents.

DSCN2702

SEPT JOURS A L'ENVERS de Thomas GORNET aux éditions du ROUERGUE, 72 pages.

DSCN2703

Résumé: on suit ici un adolescent de 4ème dont la vie était banale. Fils unique, il avait une vie de collégien des plus anonymes jusqu'à ce qu'un décès brutal dans ses proches change sa vie à tout jamais. Le récit va revenir sur les 7 jours suivants ce décès en commençant par le lendemain de l'enterrement jusqu'à ce dimanche funeste qui commençait de manière anodine et va se transformer en cauchemar.

Verdict: j'ai tout d'abord été attirée par la couverture. Depuis que j'ai connu les éditions du ROUERGUE grâce au roman LES AUTODAFEURS de Marine CARTERON, je trouve leur travail éditorial original. J'aime beaucoup les couvertures de leurs romans et leurs quatrièmes de couverture colorées. Une idée intelligente car dans une librairie on reconnaît de suite les livres sortis dans leurs presses.

Ensuite, quand j'ai lu le résumé j'ai de suite pensé au film MEMENTO de Christopher NOLAN qui joue lui aussi sur le retour en arrière et qui est un film que j'adore. Je voulais voir comment l'auteur s'en sortait avec une histoire triste pour nous faire entrer dans son récit sans trop savoir ce qui se passe.

C'est un récit simple, une histoire triste de banalité qui peut arriver à tout un chacun. Une vie qui bascule irrémédiablement suite à un décès. On va suivre cette famille qui essaie de survivre à cette épreuve. Le fait de commencer par le lendemain de l'enterrement nous montre leur envie de continuer à avancer malgré la perte qui restera en eux à jamais. Puis au fil des jours on sombre dans le chagrin. Des bribes de conversation sont retranscrites pour nous aider à découvrir qui était cette personne perdue ce qui rend le récit encore plus poignant.

Chaque chapitre est un jour à rebours avec au final une phrase qui semble hors contexte mais qui prend tout son sens dans le dernier chapitre, une sorte de bouée à laquelle s'accroche le héros pour essayer d'avancer. On n'apprend qu'à la fin qui était cette personne disparue même si on s'en doute assez vite.

Je trouve que c'est un roman très intelligent qui permet d'aborder le sujet de la mort de façon élégante et sans voyeurisme et très bien écrit pour s'adresser à un public de collégiens de façon pudique. Le personnage principal n'est jamais nommé pour entrer encore plus facilement dans sa tête et vivre sa souffrance. Le fait de revenir en arrière permet d'appréhender sa souffrance dès le début. Un récit simple qui évoque une tragédie familiale avec des mots justes. Une histoire sans prétention qui nous rappelle que la vie est un don fragile qui peut nous être enlevé en une fraction de secondes.

Salut et à demain.