Bonjour,

un auteur dont j'apprécie l'écriture me propose un Service Presse de son premier roman, que faire? Il avait su titiller ma curiosité sur son roman avec des extraits savamment dosés et un teaser énigmatique. Et pour me donner envie de lire un livre sur la guerre il faut le faire. Mais juste une image de RASPOUTINE et je fonce.

J'avais prévu d'acheter le livre d'Emmanuel DELPORTE mais je ne l'aurais peut-être pas lu de suite. Qu'il ai eu la gentille de me proposer de le lire m'a touché et j'ai accepté... Enfin pas de suite car comment fonctionne CALIBRE? Après quelques sueurs froides et plantages d'ordinateur le livre arrive enfin sur ma liseuse. Épuisée je m'effondre mais me relève très vite en cours de nuit (les joies du travail de nuit et ses insomnies récurrentes). En fin de compte je commence ma lecture à 1h du matin.

51n1NQMNBrL

STALINGRAD d'Emmanuel DELPORTE aux éditions L'IVRE BOOK, 159 pages. Sortie officielle le 18 juin. Un éditeur que je connaissais de nom mais dont je n'avais jamais été voir le catalogue croyant qu'ils ne vendaient que des livres numériques. Un très large choix dans de nombreux domaines, fantastique, fantasy, romance, horreur, fantastique... Que ce soit les livres papiers ou numériques, les prix sont plus qu'abordables (et maintenant que je sais me servir de CALIBRE attendez vous à entendre parler de cette maison d'édition prochainement). Bon revenons au livre:

Été 1942. La domination nazie sur l’Europe atteint son apogée. L’état-major du Troisième Reich expédie plus de 900 000 soldats à l’assaut de la ville de Stalingrad.

Cette bataille ne ressemble à aucune autre. Le froid intense, le volume des destructions, la présence de civils, les atrocités commises de part et d’autre, expliquent la fascination qu’elle exerce encore aujourd’hui.
Mais ses souterrains recèlent en outre les reliques d’un secret terrifiant, protégé par d’anciens rites et d’indicibles créatures.
Comme les cinq branches d’un pentagramme, cinq récits se croisent et forment la trame de ce roman épique, dans lequel la réalité historique se confond avec les figures mythiques de Raspoutine ou Baba Yaga.
Emmanuel Delporte signe son premier roman, récit historico-fantastique, uchronie spectaculaire dans laquelle il vous invite à une réflexion sur le poids du passé et de la guerre.
Résumé: au travers de 5 personnes qui ne semblent rien avoir en commun nous revivons l'Histoire avec le bombardement de la ville de STALINGRAD et l'hiver qui s'en est suivi. 5 personnes totalement différentes avec 5 visions et 5 moments différents de ce conflit meurtrier qui a fait vaciller le tout puissant empire ALLEMAND.
RASPOUTITSA (saison des mauvaises routes, c'est la période où les eaux de pluie ou la fonte des neiges transforment les terrains plats en mers de boue impraticables): 13 octobre 1942. On suit ici le conflit avec deux militaires se retrouvant derrière les lignes ennemies. On suit leur périple dans l'enfer de la guerre.
RATTENKRIEG (nom donné à la bataille de STALINGRAD traduisible par "bataille des rats"): 9 janvier 1943. On découvre ici Karl HAAPE, médecin allemand, dans ce que la guerre peut offrir de plus horrible et bestial. Le fanatisme poussé à son apogée.
LA DANSE DU CROCODILE: 23 août 1942. Une description du bombardement de STALINGRAD et de la destruction totale de la ville du point de vue d'un enfant innocent. Il ne comprend pas grand chose au conflit mais assiste impuissant à la mort de ses amis et à la fuite éperdue pour sauver sa vie de tout une population.
LE JOURNAL DE WILHELM OSTWALD: mai 1932 jusqu'en 1942. Le journal intime d'un scientifique fervent partisan d' HITLER. Par ses yeux on assiste à l'ascension du Parti et à l'accession au pouvoir et les débuts du nazisme. Un fanatisme moins violent que dans le second récit mais tout aussi imprégné dans l'esprit de la personne.
LES FANTOMES DE STALINGRAD: retour de nos jours avec un groupe de miliciens envoyé sur les lieux du massacre. Même si ce n'est pas mon moment préféré c'est la juste fin qu'il fallait à cette histoire avec un final très juste. (petit passage un peu idiot; quand j'ai lu le descriptif du groupe j'ai pensé à SUICIDE SQUAD et aurais aimé en savoir plus sur chacun des protagonistes mais ce n'est pas le propos du roman).
Verdict: Un fil rouge va relier les histoires entre elles mais je préfère vous laisser la surprise de le découvrir car l'une des forces de ce roman est de relier ces personnes entre elles par un fil ténu, une histoire parallèle qu'on ne s'attend pas à trouver ici.
J'ai adoré toutes les parties Historiques, les détails qu'on ne voit pas à l'école et qu'on a tendance à oublier. La première histoire m'a fait repenser aux tranchées. J'ai eu la chance d'aller voir celles de VERDUN au collège. On pourrait se dire que ce n'est qu'un monticule de terre mais il s'en dégage une ambiance terrifiante que j'ai retrouvée dans ce récit. J'ai appris énormément de choses sans pour autant avoir l'impression d'un bourrage de crâne indigeste. Je sais que longtemps après ma lecture il me restera des bribes de ce conflit et que peut-être j'aurais envie d'en savoir plus. Il faut maintenant que je digère ma lecture pour savoir si ce sera le cas ou non (pourquoi ne pas commencer par le film avec Jude LAW?).
Mon prof d'histoire a passé assez rapidement sur la bataille de STALINGRAD qui semble être un détail pour l'enseignement (et sûrement pour moi vu que c'était il y a 25 ans) mais je me souviens qu'il nous avait parlé des chiens errants qui dévoraient les allemands quasiment morts de faim. Les retrouver dans le récit m'a fait frissonner.
J'avais peur qu'il y ai trop de termes techniques, de noms d'armes inconnues mais on peut facilement suivre de quoi il s'agit. La technicité est atténuée par le récit humain. Petite critique les explications de mots un peu complexes qu'on ne retrouve qu'à la fin du roman. J'aurais préféré les avoir en bas de page car une fois ma lecture terminée j'avais oublié à quoi ils faisaient référence (ou un rappel du mot avant son explication).
On parle du devoir de mémoire, du risque d'oublier et de recommencer les erreurs du passé. Ici on est totalement dans la mémoire d'un évènement Historique majeur sans que celui-ci tombe dans le larmoyant avec un côté fantastique omniprésent mais justement dosé qui rend le tout équilibré. C'est pour cela que la fin me plaît autant. Nous pensons être à l'abri mais ce ne sera jamais le cas. Le fanatisme prend toutes les formes qu'elles soient politiques, religieuses, spirituelles... Ce roman explique beaucoup mieux ce fait sans pour autant entrer dans un plaidoyer, un sermon ou autre.
Une lecture récréative qui sait aussi faire réfléchir.
On sent un énorme travail de recherche derrière ce roman pour nous relater les faits tels qu'ils se sont passés sans tomber dans le fantasmé alors qu'il y a toute une partie totalement inventée. Ce mélange réalité-fantastique est assez perturbant dans la première histoire puis on s'y attend dans les suivantes avant que dans la quatrième elle fasse totalement partie du récit.
C'est très bien écrit. Le récit débute par une lettre magnifique qui m'a conquise. Avec cette lettre je savais que j'allais aimer ce livre.
Pour résumer, j'adore ce roman, ce mélange très particulier ou normal et paranormal se mélangent pour former un tout homogène, crédible et addictif. J'ai commencé à 1h et terminé vers 15h (avec une pause ménage entre deux).
Je conseille aux étudiants de terminale. Un pas dans l'Histoire avec une dose de fantastique très bien dosée pour ne pas nous faire oublier l'horreur de la guerre.

Stalingrad

Salut et à demain.